News Swissrescue
(Il est important de noter que bon nombre des pourcentages de ces premières études changeront à mesure que davantage de patients asymptomatiques ou peu symptomatiques seront identifiés grâce à une augmentation des tests).

Épidémiologie:
Parmi plus de 44 000 cas confirmés de COVID-19 en Chine au 11 février 2020:

- 30 à 69 ans: ~ 78%
- gravement ou gravement malade: ~ 19%

Proportion de létalité:
- 60-69 ans: 3,6%
- 70-79 ans: 8%
- 80 ans: 14,8%.
- Aucune condition médicale sous-jacente: mortalité globale de 0,9%
- Avec des comorbidités:
- Maladie cardiovasculaire (10,5%), diabète (7%)
- Maladie respiratoire chronique, hypertension et cancer (6% chacun)

Présentation:
Pour les patients admis à l'hôpital, de nombreux signes et symptômes non spécifiques:
- La fièvre (77–98%) et la toux (46% –82%) étaient les plus courantes
- A noter, des symptômes gastro-intestinaux (~ 10%) tels que la diarrhée et la nausée présents avant de développer de la fièvre et des signes et symptômes des voies respiratoires inférieures.

Diagnostic:
Aucun test de laboratoire général n'a une grande sensibilité ou spécificité.
Une tomodensitométrie normale n'exclut pas une infection par le COVID-19
     - Dans une étude précoce, 20/36 (56%) des patients imagés 0 à 2 jours («tôt») après le début des symptômes avaient une tomodensitométrie normale avec absence totale d'opacités.

Traitement:
Le traitement initial sera la gestion de l'hypoxémie, y compris une intubation précoce si nécessaire. Cependant et en particulier:
- La thérapie aux stéroïdes est controversée et l'OMS ne la recommande actuellement pas à moins qu'elle ne soit administrée pour une autre raison.
     - n'est associé à aucun avantage
     - associé à des dommages possibles dans des études antérieures plus petites sur le SRAS et le MERS
     - associé à une virémie prolongée.
- Le remdesivir intraveineux (un promédicament analogue nucléotidique avec des résultats in vitro prometteurs contre le SRAS-CoV et le MERS-CoV) est disponible pour une utilisation compassionnelle.
- lopinavir-ritonavir a été utilisé sans aucun bénéfice associé.
 

Sur le site internet de l'UMEM (en anglais)

Cette news a été soumise par Cédric Frioud
Ecrire un commentaire (0 Commentaires)
News Swissrescue
Voici une vidéo d'enseignement à destination des étudiants ambulanciers de l'école supérieure de soins ambulanciers de Genève tournée dans le cadre de l'exercice catastrophe au Val-de-Travers (Neuchâtel) en mai 2019.

Il s'agit de la version courte d'un outil didactique utilisé dans le module catastrophe de 3ème année.

 

 

Cette news a été soumise par Laurent Jampen
Ecrire un commentaire (0 Commentaires)
News Swissrescue
Après le Tessin, les Grisons et Genève, le canton de Vaud est touché par le coronavirus.

Le bilan actuel des personne infectées se porte à 8 en Suisse.

Chères et chers collègues, soyez prudents-es lors de vos missions. Quelques règles simples pour limiter les risques:

- Se laver régulièrement les mains à l'eau et au savon, pendant 20’’ au moins.
- Utiliser un désinfectant pour les mains,
- Tousser ou éternuer dans le pli du bras.
 

Communiqué de presse de l'état de Vaud

Dossier complet sur le site de HPCi

Cette news a été soumise par Cédric Frioud
Ecrire un commentaire (0 Commentaires)
News Swissrescue
INFORMATION IMPORTANTE

Nous recevons parfois des commentaires de visiteurs mais n'en publions que peu. La raison est que la majorité des personnes postant des commentaires suites aux news ou au dossiers n'inscrivent pas leur identité complète.

La décision a été prise depuis la mise à jour du site de n'afficher que les commentaires identifiables à l'aide du nom et du prénom du rédacteur.
 
Merci à vous d'y être attentifs à l'avenir afin que nous puissions partager vos remarques avec l'ensemble de la communauté des visiteurs de swissrescue.ch

En cas de questions, la rubriques FAQ est là pour vous...

 
Cette news a été soumise par Cédric Frioud
Ecrire un commentaire (0 Commentaires)
News Swissrescue
La mesure de la glycémie est très fréquente chez les intervenants pré-hospitalier. Ce paramètre est-il vraiment toujours utile et pertinent?

Un petit article paru dans le JEMS (Journal of Emergency Medical Services) met en avant une étude qui a mesurée la pertinence de cette mesure.

Cette étude s'est déroulée à Helsinki et a englobée 707,417 interventions. Sur celles-ci, 15,158 (2.1%) ont vu une glycémie être mesurée mais seulement 910 (0.12%) cas on mesurées une valeur inférieure à 3.0 mmol/l chez des patients non diabétique.

Est-il donc nécessaire de mesurer systématiquement une glycémie?

L'article préconise de ne mesurer cette valeur que chez:
  • les patients diabétiques
  • les patients présentant un trouble de l'état de conscience
  • les patients présentant une alcoolisation
  • les patients présentant des convulsions
  • les patientes enceintes
  • les patients hypothermes
  • les patients présentant un état infectieux
  • les patients présentant un état de mal nutrition.
 

Article sur le site du JEMS

Cette news a été soumise par Cédric Frioud
Ecrire un commentaire (0 Commentaires)
News SwissrescueAprès plusieurs années de pénurie nationale et d'avertissement de l'administration américaine des denrées alimentaires et des médicaments en 2001 (prolongation de l'intervalle QT), le dropéridol redevient gentiment disponible.


En 2015, une étude observationnelle prospective a été publiée impliquant des patients au service des urgences qui ont reçu du dropéridol pour agitation (perturbation comportementale aiguë).

Méthode

  • Période d'étude: août 2009 à avril 2013 dans 6 services d'urgences en Australie.
  • Intervention: dropéridol 10 - 20 mg IM ou IV (si disponible).
  •  L'ECG a été réalisé dans les 2 heures suivant l'administration du dropéridol.
  •  Le QT a été mesuré manuellement et tracé en fonction de la fréquence cardiaque sur le nomogramme QT (si au-dessus de la «limite à risque» = anormal).
Résultats
  • Du dropéridol a été administré à 1403 patients aux urgences.
  • ECG disponible chez 1009 patients aux urgences.
  •  Âge médian: 34 ans (IQR: 25-44).
  • Hommes: 59,9%.
  • Quatre principales raisons de la présentation au service des urgences:

 

  1. Intoxication alcoolique: 421
  2. Automutilation délibérée ou menacée: 200
  3. Utilisation de psychostimulants: 130
  4. Maladie mentale / psychose: 142

 

Dose moyenne de dropéridol: 10 mg (IQR: 10 à 17,5 mg)

Intervalle QT anormal: 13 (1,3%, IC 95%: 0,3% à 2,3%)
   - 7 patients avaient d'autres facteurs contributifs potentiels: méthadone, escitalopram, amiodarone ou état préexistant.
Temps médian de sédation: 20 min (IQR: 10 à 30 min)

Evènements indésirables

  • Désaturation (<90%): 22 (1,6%).
  • Obstruction des voies respiratoires: 8 (0,6%).
  • Hypotension: 28 (2,0%).
  • Symptômes extrapyramidaux: 7 (0,5%).
  • Arythmie: 1 (0,1%).
  • Hypoventilation (FR <12/min): 4 (0,2%).
  • Convulsions: 1 (0,1%).
  • Aucun événement indésirable: 1 333 (95,0%).

Conclusion

Le dropéridol est un sédatif sûr, sans preuve d'augmentation du risque d'allongement de l'intervalle QT avec les doses utilisées.

Références:
Calver L et al. The safety and effectivenss of droperidol for sedation of acute behavioral disturbance in the emergency department. Ann Emerg Med. 2015;66:230-238.

 

Sur le site internet de l'UMEM (en anglais)

Cette news a été soumise par Cédric Frioud
Ecrire un commentaire (0 Commentaires)
­